Adaptation et Inadaptation

 

Terme employé en biolologie : par Darwin, par l'adaptation des espèces = fondement de leur évolution ; de même : tout organisme (individu) s’adapte aux conditions extérieures et intérieures de son environnement, afin d’assurer sa survie et sa reproduction. S’adapter est le propre du vivant.

Piaget (biologiste de formation) : 2 processus sont nécessaires au développement de l’intelligence (= faculté de s’adapter, équilibre), et donc sources d’inadaptation (par défaut ou par excès) :

L’homme est très mal préparé (génétiquement) à son milieu : longue période d’apprentissage des techniques et comportements pour s’adapter (lui a permis d’être présent sur tout le globe, mais aussi occasions plus nombreuses, au cours de cette période, d’inadaptation)

1943 : volonté d’unifier les différentes catégories d’E (arriérés, handicapés, trouvés, … avec la guerre, avec recrudescence du vagabondage et de la petite délinquance = tous ceux présentant 1 écart p/r la " norme ", et nécessitant 1 prise en charge particulière, sur le plan pédagogique, éducatif ou médical), sous celle " d’enfance inadaptée "

+ Naissance des struct. de type médico-éducatif (Annexes 24, en 1956) : le médecin devient " l’expert " détenant la vérité, au détriment des domaines péda. et juridique (= désormais, aucun E ne peut être condamné sans avoir été vu auparavant par 1 médecin psy., mais sur-médicalisation de l’échec scol. : il apparaît comme " organique ", inscrit dans sa nature)

Le terme (" E inadaptée ") a été abandonné au cours des ’80, victime de l’usure des concepts (perçu comme " injurieux " …), et de sa fausse cohérence (trop de domaines différents) : on parle aujourd’hui " d’adaptation scol. " = c’est à l’école de s’adapter, en fonction des handicaps et difficultés de l’E